Valhalla.fr
Sic Itur Ad Absurdum
22 Août 2010 Numéro 19 - Semaine du 16 au 22 août 2010

Pas de grande nouvelle, en cette semaine de vacances estivales. L’affaire Wikileaks se poursuit : selon Newsweek, le site aurait communiqué à l’armée américaine certains documents qui n’ont pas encore été publiés. Cependant, il chercherait un hébergement par le parti pirate suédois en raison de la législation de ce pays (protection des sources, anonymat renforcé, lourdes procédures pour mettre hors ligne du contenu).

En parlant d’hébergement, celui du site France.fr laisse à désirer. Un comble pour un site qui aurait déjà coûté 4 millions d’euro.

Alors qu’Microsoft Internet Explorer fête ses 15 ans, le magasine américain Wired(en), dont on sait l’influence dans le petit monde des nouvelles technologies, annonce de nouveau(es) la mort du web. Le raisonnement est le suivant : le Web a été inventé pour hiérarchiser, classer, catégoriser les informations diffusées sur Internet ; il repose pour cela sur la technologie hypertexte. Or, à l’heure actuelle, les sites Web qui connaissent le plus fort développement sont ceux fournissant des applications en ligne : soit de stockage ou de traitement dans les nuages (ex: Google Docs, Gmail, Dropbox…), soit les réseaux sociaux (Facebook et al.). Les internautes ne parcourent plus autant le Web, ils ne surfent plus de lien en lien, ils se contentent d’accéder à un petit nombre de sites qu’ils ont l’habitude de consulter. Cette tendance serait encore accentuée par l’accès mobile à Internet : on trouve par exemple, sur l’iPhone, des applications dédiées à Facebook, YouTube, Dailymotion, etc., qui donnent accès à ces sites sans utiliser de navigateur et sans forcément passer par le Web (techniquement, tous ces sites ont des API qui permettent d’interagir avec leurs bases de données et leurs services depuis n’importe quel logiciel compilé).

On ne peut nier que l’avenir du Web est sombre lorsqu’on apprend, par exemple, que les autorités fédérales américaines développent des technologies permettant de surveiller les réseaux sociaux et d’identifier les internautes anonymes(en) à partir notamment de leur style littéraire. Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi Eric Schmidt, patron de Google, se méfie des réseaux sociaux, comme Facebook qui vient de lancer son service de géolocalisation aux États-Unis, et conseille de changer de nom pour échapper aux moteurs de recherche !

Le débat sur la neutralité du Net, enjeu important du Web du futur, a d’ailleurs progressé en France, cette semaine, avec la proposition de loi du député socialiste Christian Paul. Celle-ci répond au projet du gouvernement et, contrairement à ce dernier, ne propose pas une neutralité soumise au bon vouloir des fournisseurs d’accès.

• 439 mots • #Internet #neutralité #Google #blog #libre #gouvernement #Facebook #réseaux sociaux #hébergement
15 Août 2010 Numéro 18 - Semaine du 8 au 15 août 2010

L’actualité principale de cette semaine est la publication de la proposition conjointe de Google et Verizon sur la neutralité du Net. Les affaires Blackberry et Wikileaks continuent de leur côté d’évoluer sans rebondissement majeur.

Neutralité du Net : la proposition Google/Verizon

Google et Verizon (FAI américain) viennent de publier une proposition de lignes directrices pour une réglementation sur la neutralité du Net. La presse avait annoncé, la semaine dernière, que Google et Verizon préparaient un accord afin de favoriser l’accès à certains contenus «premium» (comprendre : payants). Les deux sociétés avaient démenti. Pourtant, on constate que leur proposition permet parfaitement, pour les accès mobiles (Blackberry, iPhone, et autres smartphones, iPad et autres tablettes), une différenciation des conditions d’accès en fonction du contenu.

Cet accord représente une alliance entre deux catégories d’acteurs historiquement ennemis(en) : les fournisseurs de contenu (Google et al.) et les fournisseurs d’accès (Verizon et al.). Malheureusement, cette entente est, sur certains points, au détriment des usagers du réseau. Certains vont même jusqu’à parler de «trahison» pour qualifier la nouvelle position de Google(en), qui se serait «vendu» aux fournisseur d’accès mobile.

Facebook a rapidement rejoint le débat(en), pour condamner la nouvelle position de Google. De son côté, AT&T s’est prononcée en faveur de la proposition, ce qui n’est pas étonnant considérant l’importante marge de manoeuvre qu’elle laisse aux FAI.

Vie privée et surveillance : suites de l’affaire Blackberry

La société canadienne RIM a finalement en partie cédé devant la pression exercée par l’Arabie Saoudite. Les autorités du pays pourront désormais surveiller les utilisateurs de Blackberry sur son territoire.

Et ce qui devait arriver arriva, la boîte de Pandore ayant été ouverte : d’autres pays, l’Inde en premier lieu, demandèrent à leur tour des concessions de la part de la société canadienne. RIM tente de résister, mais la brèche est ouverte.

Liberté d’expression et sécurité : suites de l’affaire Wikileaks

Le discours de l’armée américaine à l’encontre de Wikileaks continue de se durcir. Certains suggèrent même qu’elle devrait se lancer dans une «guerre numérique» contre le site(en). Les américains auraient demandé à leur alliés en Afghanistan de les aider à faire tomber Wikileaks ; cette information a toutefois été démentie(en).

Plusieurs organisation humanitaires(en) et même Reporters Sans Frontières ont demandé à Wikileaks de censurer les noms des personnes qui pourraient être mises en danger par la diffusion des documents. Le site affirme qu’il va publier sous peu 15.000 nouveaux documents, qu’il est actuellement en train de censurer.

Propriété intellectuelle

Oracle, qui a racheté Sun, l’entreprise à l’origine du langage Java, attaque Google en justice pour violation des brevets qu’elle détient sur le langage. Pour certains, le géant américain des bases de données compromet par cette action ses positions en faveur de l’open source(en).

En France, la mise en oeuvre de la loi Hadopi se heurte à de nouvelles difficultés. Le fournisseur d’accès FDN a en effet attaqué devant les juridictions administratives le décret du 26 juillet dernier relatif à la procédure de notification des internautes.

Divers

En Allemagne, les Google Cars s’apprêtent à reprendre la route, malgré les tensions existant entre la société californienne et l’autorité allemande de protection des données personnelles.

Dans le même temps, Apple, qui vient de corriger la faille iOS permettant d’exécuter du code contenu dans des fichiers PDF (et de jailbreaker ainsi les iPhone/iPad), et de remercier Papermaster pour cause d’Antennagate, a attiré l’attention des autorités de régulation de la concurrence. La Commission européenne se joint en effet à la FTC pour enquêter sur l’exclusion de l’AppStore des logiciels développés avec la plateforme Flash(en).

Concernant la régulation des paris en ligne, le site Stanjames.com dont nous parlions la semaine dernière a annoncé, juste après la création d’un site miroir par un internaute indépendant, qu’il bloquerait l’accès aux internautes français.

• 668 mots • #
14 Août 2010 Quelques observations sur la proposition Google / Verizon relative à la neutralité du Net Les deux sociétés américaines Google et Verizon viennent de publier, début août 2010 et sur fond d'affaire Comcast, un document de deux pages portant une proposition relative au principe de neutralité du Net. Les réactions ne se firent pas attendre et elles furent, pour la plupart, négatives : Google aurait abandonné ses anciennes positions, en défense de la neutralité du Net, et accepterait désormais de soumettre le respect de ce principe à ses intérêts commerciaux. Parallèlement, en France et en Europe, l'on parle de plus en plus de la neutralité du Net, en tentant de définir le principe et de déterminer les modalités de sa mise en oeuvre. Cet article a pour but de présenter quelques observations sur la position commune de Google et de Verizon, en la rapprochant parfois de l'exemple européen. • 3134 mots • #Internet #société #Juridique #P2P #réseaux #liberté #Arbitrage #Neutralité du Net #Google #Droit américain #Régulation #Nouvelles technologies #infrastructure
13 Août 2010 Filemaker : Extraire un nom de domaine d'une URL Filemaker ne dispose, hélas, d'aucun mécanisme natif permettant d'analyser des chaînes de texte selon un motif précis. Pas d'expression régulière dans Filemaker, à moins d'installer un plug-in comme RegexPlugin ou 360Works Patterns, ou de créer un ensemble complexe de fonctions personnalisées. Comment, dès lors, extraire dans un calcul un nom de domaine à partir d'une adresse URL ? • 527 mots • #programmation #bases de données #Filemaker #URL #Regex
9 Août 2010 Filemaker : Ajouter des tags aux enregistrements Filemaker est un logiciel puissant, mais ancien et dont l'ergonomie a peu évolué. Depuis quelques années, des systèmes de "tags" ou mots-clés sont apparus dans la plupart des logiciels permettant de gérer des données. Filemaker n'offre aucun système de tags pour classer ses enregistrements, mais il permet d'implémenter un tel système soi-même. Cet article a pour but de décrire une des nombreuses manière de procéder pour y parvenir. • 1599 mots • #programmation #software #bases de données #Filemaker