Internet: De l'avenir du bas débit

dimanche 2 janvier 2005 • GF

J’ai commencé à naviguer sur internet avec mon Compaq Presario cadencé à 120 Mhz et intégrant un modem interne à 9600 bits/seconde. C’était vers la fin des années 1990 (96 ou 97 il me semble). Mon ordinateur était dans ma chambre, loin de toute prise téléphonique. Et puis un jour je suis tombé sur une disquette AOL; alors j’ai installé le programme et je me suis lancé sur internet avec mon forfait 10 heures par mois. Je me rappelle que c’était lent, mais que je n’avais quand même pas trop de mal à naviguer. le problème venait surtout des logiciels à télécharger (Netscape 2 a pris l’après-midi!) et des images. Mais tout allait bien. Et puis j’ai créé mon premier site, sur mygale.org. C’était une page d’accueil avec texte vert sur fond noir et 4 ou 5 liens (absolus!) vers d’autres pages texte vert sur fond noir. J’avais mis plein de gifs animés, des petites icônes 16x16, et des barres horizontales de partout. C’était moche, mais ça chargeait encore assez rapidement. Mais je voulais plus rapide, alors j’ai pris un abonnement RNIS (en France, on appellait ça "Numéris"). Tout juste plus rapide qu’un modem 56K (le débit descendant était dans les 60K), l’avantage principal c’est qu’on n’était pas déconnecté toutes les 10 minutes. Fini les "déconnexion de la porteuse" d’AOL, j’étais passé chez Wanadoo. Et puis j’ai fait un site avec plein de photos de partout, même un fichier MIDI qui se chargeait en musique de fond. J’avais même mis du Flash (flash 2 à l’époque) de partout! C’était encore plus moche, mais c’était pas grave. Et puis l’ADSL est arrivé. Je n’ai pas pris l’ADSL (adsl 512/128) pour le débit, mais pour le fait qu’on puisse être connecté 24H/24 sans limitation de débit (comme c’était le cas en upload pour le cable). Et puis j’ai fait un site, cette fois très pro, sans images, gifs, sons et autres pollutions. Et demain je rentre à Paris, et je trouverai ma Livebox Wanadoo qui me propulsera à 2Mbits/s sur la toile.

Je viens de passer 3 mois à Paris avec une connexion 56K (modem interne de mon Powerbook G4 15"). C’est très très lent… trop lent. Je n’allais presque pas sur internet (d’où le fait que ce site soit resté vide pendant plusieurs mois) et mes connexions se résumaient souvent à relever mes mails. Tout cela était bien conforme au souvenir que j’avais: le bas débit, c’est vraiment lent. Trois ou quatre minutes pour charger une page, c’est infernal. Mais heureusement les vacances sont arrivées et j’ai retrouvé ma connexion ADSL 512. Que du bonheur: c’est rapide. Mais quand même, c’est un peu moins rapide que le WIFI du MacDo St-Germain quand on charge des pages avec beaucoup d’images. Mais je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite. En fait, c’est mon travail d’analyse sur les différents navigateurs (article disponible ici) sous Mac OS X qui m’a amené à calculer la vitesse de chargement des pages et les paramétrer de manière à ne pas charger les bandeaux publicitaires.

C’est à ce moment que ça a fait ‘tilt’. J’ai vu les pages mettre trois plombes à se charger, même avec l’ADSL. J’ai vu qu’en enlevant les publicités, elles se chargeaient beaucoup plus vite. J’ai compris avec msn.com et cnn.com. Et j’ai compris que le Web d’aujourd’hui était construit pour le haut débit.

En effet, quand on se rend sur un portail du type MSN, que se passe-t-il ? Le navigateur ne se borne pas à charger un contenu HTML. Non, il doit d’abord charger un fichier externe contenant les feuilles de style CSS, puis un autre contenant les scripts. Ensuite, il doit se rappeler les coordonnées de l’utilisateur (car bien entendu le portail est personnalisable) en chargeant une vingtaine de cookies. Puis vient le contenu HTML qui est très rapidement chargé (même si l’affichage rame un peu car la présentation CSS et tout est assez lourde). Pour finir, le contenu multimédia: une dizaine d’images pour la présentation, 2 ou 3 bandeaux publicitaires, et sur les sites les plus gratinés un peu de flash (avec de la musique pour aller plus loin dans l’horreur!). Tout cela, ça prend longtemps à charger. Pour ma connexion ADSL 512, la page d’accueil de MSN prend 5 ou 6 secondes à se charger complètement, c’est horriblement long! Mais avec le 56K, c’est direct 2 minutes à planter devant un écran vide… Alors ça devient clair, l’internet moderne est construit pour les connexions haut débit, pour les gens qui ont de la bande passante. Le 56K est totalement inutilisable dès lors qu’on veut consulter plus d’une dizaine de sites par jour. Bien entendu, si vous relevez vos mails (en texte plein, sans images ni fichiers attachés!) et ne visitez que le site de meteo-france, une fois par jour, le 56K est fait pour vous. Mais si vous voulez passer un petit quart d’heure sur une dizaine de sites, vous devez renoncer au bon vieux modem analogique.

Mais si un des effets de la nouvelle manière de construire des sites Web tue le 56K, il existe un autre effet bien plus pernicieux. Regarder la page d’accueil MSN par exemple. On voit des couleurs de partout, une liste de services sur la gauche, de la pub sur la droite… La pub sur internet c’est une plaie infernale, mais on ne peut malheureusement rien y faire. Nous somme des abrutis de moutons qui doivent être assomés toute la journée par la pub pour acheter, acheter et encore acheter et engraisser les grosses boites. J’en ai parlé dans cet article. Bref, d’un côté des bandeaux publicitaires de partout. Au milieu, plein de liens de partout, regroupés en catégories diverses et variées. On s’aperçoit vite que tout cela est totalement superficiel: il n’y a strictement rien au bout de ces liens, et quand il y a quelque chose c’est pour vous demander de sortir votre CB pour accéder à ce service merveilleux proposé en partenariat avec MSN et dont vous aviez toujours rêvé (même si vous ne le saviez pas!). Il n’y a plus de contenu, il n’y a plus que le contenant. On part du principe que l’internaute est un abruti qui ne veut pas lire des articles de fond, il préfère voir des images de partout et survoler les pages en faisant tourner la molette de la souris à 50000tr/min. Mais c’est vrai que c’est plus rigolo de lire Paris Match que Le Monde… c’est pas nouveau. Et puis à gauche de la page -pour finir-, un petit menu bien sympa qui renvoie vers des liens. C’est bien pratique: météo, programmes TV, horaires de train et d’avion, Paris Hilton porn for free click here ;-)) Cependant, le contenu est vraiment minimal, ça ne ressemble en rien à ce qu’on pourrait trouver sur un service spécialisé (virtuel ou non). Par exemple, on trouve très simplement des prévisions météo sur 3 jours. mais si vous cherchez pour la semaine, le site de Météo France vous demandera de sortir votre CB (si, si…).

Conclusion - je radote, je sais -, on nous prend pour des cons (les sites portail-machin), et l’internet à l’image de notre société verse dans le superficiel. Heureusement qu’à côté de cela, il y a encore des sites extraordinaires sur internet, comme à l’origine sur un réseau mondial prévu pour et par les scientifiques du monde entier. Je ne dis pas que je vais sur MIT.edu tous les jours, mais voir que certains journaux français comme Le Monde rendent publics sur internet des articles de fond, je suis content! J’ai essayé de construire ce site dans l’optique de fournir un contenu dans un cadre très sobre. Pas de pub -jamais!-, pas de flash et co si ce n’est pas nécessaire, pas de grosses images sauf si cela apporte quelque chose à l’article, pas de son (pitié, non!), etc… le contenu passe en premier! Allez… j’ai fini mon délire, je vais mettre tout ça sur le FTP et en profiter pour retoucher un peu les PNG de ce site qui sont trop longs à charger! ;-))

à Montpellier le 2/01/2005

J’ai commencé à naviguer sur internet avec mon Compaq Presario cadencé à 120 Mhz et intégrant un modem interne à 9600 bits/seconde. C’était vers la fin des années 1990 (96 ou 97 il me semble). Mon ordinateur était dans ma chambre, loin de toute prise téléphonique. Et puis un jour je suis tombé sur une disquette AOL; alors j’ai installé le programme et je me suis lancé sur internet avec mon forfait 10 heures par mois. Je me rappelle que c’était lent, mais que je n’avais quand même pas trop de mal à naviguer. le problème venait surtout des logiciels à télécharger (Netscape 2 a pris l’après-midi!) et des images. Mais tout allait bien. Et puis j’ai créé mon premier site, sur mygale.org. C’était une page d’accueil avec texte vert sur fond noir et 4 ou 5 liens (absolus!) vers d’autres pages texte vert sur fond noir. J’avais mis plein de gifs animés, des petites icônes 16x16, et des barres horizontales de partout. C’était moche, mais ça chargeait encore assez rapidement. Mais je voulais plus rapide, alors j’ai pris un abonnement RNIS (en France, on appellait ça "Numéris"). Tout juste plus rapide qu’un modem 56K (le débit descendant était dans les 60K), l’avantage principal c’est qu’on n’était pas déconnecté toutes les 10 minutes. Fini les "déconnexion de la porteuse" d’AOL, j’étais passé chez Wanadoo. Et puis j’ai fait un site avec plein de photos de partout, même un fichier MIDI qui se chargeait en musique de fond. J’avais même mis du Flash (flash 2 à l’époque) de partout! C’était encore plus moche, mais c’était pas grave. Et puis l’ADSL est arrivé. Je n’ai pas pris l’ADSL (adsl 512/128) pour le débit, mais pour le fait qu’on puisse être connecté 24H/24 sans limitation de débit (comme c’était le cas en upload pour le cable). Et puis j’ai fait un site, cette fois très pro, sans images, gifs, sons et autres pollutions. Et demain je rentre à Paris, et je trouverai ma Livebox Wanadoo qui me propulsera à 2Mbits/s sur la toile.

Je viens de passer 3 mois à Paris avec une connexion 56K (modem interne de mon Powerbook G4 15"). C’est très très lent… trop lent. Je n’allais presque pas sur internet (d’où le fait que ce site soit resté vide pendant plusieurs mois) et mes connexions se résumaient souvent à relever mes mails. Tout cela était bien conforme au souvenir que j’avais: le bas débit, c’est vraiment lent. Trois ou quatre minutes pour charger une page, c’est infernal. Mais heureusement les vacances sont arrivées et j’ai retrouvé ma connexion ADSL 512. Que du bonheur: c’est rapide. Mais quand même, c’est un peu moins rapide que le WIFI du MacDo St-Germain quand on charge des pages avec beaucoup d’images. Mais je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite. En fait, c’est mon travail d’analyse sur les différents navigateurs (article disponible ici) sous Mac OS X qui m’a amené à calculer la vitesse de chargement des pages et les paramétrer de manière à ne pas charger les bandeaux publicitaires.

C’est à ce moment que ça a fait ‘tilt’. J’ai vu les pages mettre trois plombes à se charger, même avec l’ADSL. J’ai vu qu’en enlevant les publicités, elles se chargeaient beaucoup plus vite. J’ai compris avec msn.com et cnn.com. Et j’ai compris que le Web d’aujourd’hui était construit pour le haut débit.

En effet, quand on se rend sur un portail du type MSN, que se passe-t-il ? Le navigateur ne se borne pas à charger un contenu HTML. Non, il doit d’abord charger un fichier externe contenant les feuilles de style CSS, puis un autre contenant les scripts. Ensuite, il doit se rappeler les coordonnées de l’utilisateur (car bien entendu le portail est personnalisable) en chargeant une vingtaine de cookies. Puis vient le contenu HTML qui est très rapidement chargé (même si l’affichage rame un peu car la présentation CSS et tout est assez lourde). Pour finir, le contenu multimédia: une dizaine d’images pour la présentation, 2 ou 3 bandeaux publicitaires, et sur les sites les plus gratinés un peu de flash (avec de la musique pour aller plus loin dans l’horreur!). Tout cela, ça prend longtemps à charger. Pour ma connexion ADSL 512, la page d’accueil de MSN prend 5 ou 6 secondes à se charger complètement, c’est horriblement long! Mais avec le 56K, c’est direct 2 minutes à planter devant un écran vide… Alors ça devient clair, l’internet moderne est construit pour les connexions haut débit, pour les gens qui ont de la bande passante. Le 56K est totalement inutilisable dès lors qu’on veut consulter plus d’une dizaine de sites par jour. Bien entendu, si vous relevez vos mails (en texte plein, sans images ni fichiers attachés!) et ne visitez que le site de meteo-france, une fois par jour, le 56K est fait pour vous. Mais si vous voulez passer un petit quart d’heure sur une dizaine de sites, vous devez renoncer au bon vieux modem analogique.

Mais si un des effets de la nouvelle manière de construire des sites Web tue le 56K, il existe un autre effet bien plus pernicieux. Regarder la page d’accueil MSN par exemple. On voit des couleurs de partout, une liste de services sur la gauche, de la pub sur la droite… La pub sur internet c’est une plaie infernale, mais on ne peut malheureusement rien y faire. Nous somme des abrutis de moutons qui doivent être assomés toute la journée par la pub pour acheter, acheter et encore acheter et engraisser les grosses boites. J’en ai parlé dans cet article. Bref, d’un côté des bandeaux publicitaires de partout. Au milieu, plein de liens de partout, regroupés en catégories diverses et variées. On s’aperçoit vite que tout cela est totalement superficiel: il n’y a strictement rien au bout de ces liens, et quand il y a quelque chose c’est pour vous demander de sortir votre CB pour accéder à ce service merveilleux proposé en partenariat avec MSN et dont vous aviez toujours rêvé (même si vous ne le saviez pas!). Il n’y a plus de contenu, il n’y a plus que le contenant. On part du principe que l’internaute est un abruti qui ne veut pas lire des articles de fond, il préfère voir des images de partout et survoler les pages en faisant tourner la molette de la souris à 50000tr/min. Mais c’est vrai que c’est plus rigolo de lire Paris Match que Le Monde… c’est pas nouveau. Et puis à gauche de la page -pour finir-, un petit menu bien sympa qui renvoie vers des liens. C’est bien pratique: météo, programmes TV, horaires de train et d’avion, Paris Hilton porn for free click here ;-)) Cependant, le contenu est vraiment minimal, ça ne ressemble en rien à ce qu’on pourrait trouver sur un service spécialisé (virtuel ou non). Par exemple, on trouve très simplement des prévisions météo sur 3 jours. mais si vous cherchez pour la semaine, le site de Météo France vous demandera de sortir votre CB (si, si…).

Conclusion - je radote, je sais -, on nous prend pour des cons (les sites portail-machin), et l’internet à l’image de notre société verse dans le superficiel. Heureusement qu’à côté de cela, il y a encore des sites extraordinaires sur internet, comme à l’origine sur un réseau mondial prévu pour et par les scientifiques du monde entier. Je ne dis pas que je vais sur MIT.edu tous les jours, mais voir que certains journaux français comme Le Monde rendent publics sur internet des articles de fond, je suis content! J’ai essayé de construire ce site dans l’optique de fournir un contenu dans un cadre très sobre. Pas de pub -jamais!-, pas de flash et co si ce n’est pas nécessaire, pas de grosses images sauf si cela apporte quelque chose à l’article, pas de son (pitié, non!), etc… le contenu passe en premier! Allez… j’ai fini mon délire, je vais mettre tout ça sur le FTP et en profiter pour retoucher un peu les PNG de ce site qui sont trop longs à charger! ;-))

à Montpellier le 2/01/2005