L’actualité principale de cette semaine est la publication de la proposition conjointe de Google et Verizon sur la neutralité du Net. Les affaires Blackberry et Wikileaks continuent de leur côté d’évoluer sans rebondissement majeur.

Neutralité du Net : la proposition Google/Verizon

Google et Verizon (FAI américain) viennent de publier une proposition de lignes directrices pour une réglementation sur la neutralité du Net. La presse avait annoncé, la semaine dernière, que Google et Verizon préparaient un accord afin de favoriser l’accès à certains contenus “premium” (comprendre : payants). Les deux sociétés avaient démenti. Pourtant, on constate que leur proposition permet parfaitement, pour les accès mobiles (Blackberry, iPhone, et autres smartphones, iPad et autres tablettes), une différenciation des conditions d’accès en fonction du contenu.

Cet accord représente une alliance entre deux catégories d’acteurs historiquement ennemis(en) : les fournisseurs de contenu (Google et al.) et les fournisseurs d’accès (Verizon et al.). Malheureusement, cette entente est, sur certains points, au détriment des usagers du réseau. Certains vont même jusqu’à parler de “trahison” pour qualifier la nouvelle position de Google(en), qui se serait “vendu” aux fournisseur d’accès mobile.

Facebook a rapidement rejoint le débat(en), pour condamner la nouvelle position de Google. De son côté, AT&T s’est prononcée en faveur de la proposition, ce qui n’est pas étonnant considérant l’importante marge de manoeuvre qu’elle laisse aux FAI.

Vie privée et surveillance : suites de l’affaire Blackberry

La société canadienne RIM a finalement en partie cédé devant la pression exercée par l’Arabie Saoudite. Les autorités du pays pourront désormais surveiller les utilisateurs de Blackberry sur son territoire.

Et ce qui devait arriver arriva, la boîte de Pandore ayant été ouverte : d’autres pays, l’Inde en premier lieu, demandèrent à leur tour des concessions de la part de la société canadienne. RIM tente de résister, mais la brèche est ouverte.

Liberté d’expression et sécurité : suites de l’affaire Wikileaks

Le discours de l’armée américaine à l’encontre de Wikileaks continue de se durcir. Certains suggèrent même qu’elle devrait se lancer dans une “guerre numérique” contre le site(en). Les américains auraient demandé à leur alliés en Afghanistan de les aider à faire tomber Wikileaks ; cette information a toutefois été démentie(en).

Plusieurs organisation humanitaires(en) et même Reporters Sans Frontières ont demandé à Wikileaks de censurer les noms des personnes qui pourraient être mises en danger par la diffusion des documents. Le site affirme qu’il va publier sous peu 15.000 nouveaux documents, qu’il est actuellement en train de censurer.

Propriété intellectuelle

Oracle, qui a racheté Sun, l’entreprise à l’origine du langage Java, attaque Google en justice pour violation des brevets qu’elle détient sur le langage. Pour certains, le géant américain des bases de données compromet par cette action ses positions en faveur de l’open source(en).

En France, la mise en oeuvre de la loi Hadopi se heurte à de nouvelles difficultés. Le fournisseur d’accès FDN a en effet attaqué devant les juridictions administratives le décret du 26 juillet dernier relatif à la procédure de notification des internautes.

Divers

En Allemagne, les Google Cars s’apprêtent à reprendre la route, malgré les tensions existant entre la société californienne et l’autorité allemande de protection des données personnelles.

Dans le même temps, Apple, qui vient de corriger la faille iOS permettant d’exécuter du code contenu dans des fichiers PDF (et de jailbreaker ainsi les iPhone/iPad), et de remercier Papermaster pour cause d’Antennagate, a attiré l’attention des autorités de régulation de la concurrence. La Commission européenne se joint en effet à la FTC pour enquêter sur l’exclusion de l’AppStore des logiciels développés avec la plateforme Flash(en).

Concernant la régulation des paris en ligne, le site Stanjames.com dont nous parlions la semaine dernière a annoncé, juste après la création d’un site miroir par un internaute indépendant, qu’il bloquerait l’accès aux internautes français.

L’actualité principale de cette semaine est la publication de la proposition conjointe de Google et Verizon sur la neutralité du Net. Les affaires Blackberry et Wikileaks continuent de leur côté d’évoluer sans rebondissement majeur.

Neutralité du Net : la proposition Google/Verizon

Google et Verizon (FAI américain) viennent de publier une proposition de lignes directrices pour une réglementation sur la neutralité du Net. La presse avait annoncé, la semaine dernière, que Google et Verizon préparaient un accord afin de favoriser l’accès à certains contenus “premium” (comprendre : payants). Les deux sociétés avaient démenti. Pourtant, on constate que leur proposition permet parfaitement, pour les accès mobiles (Blackberry, iPhone, et autres smartphones, iPad et autres tablettes), une différenciation des conditions d’accès en fonction du contenu.

Cet accord représente une alliance entre deux catégories d’acteurs historiquement ennemis(en) : les fournisseurs de contenu (Google et al.) et les fournisseurs d’accès (Verizon et al.). Malheureusement, cette entente est, sur certains points, au détriment des usagers du réseau. Certains vont même jusqu’à parler de “trahison” pour qualifier la nouvelle position de Google(en), qui se serait “vendu” aux fournisseur d’accès mobile.

Facebook a rapidement rejoint le débat(en), pour condamner la nouvelle position de Google. De son côté, AT&T s’est prononcée en faveur de la proposition, ce qui n’est pas étonnant considérant l’importante marge de manoeuvre qu’elle laisse aux FAI.

Vie privée et surveillance : suites de l’affaire Blackberry

La société canadienne RIM a finalement en partie cédé devant la pression exercée par l’Arabie Saoudite. Les autorités du pays pourront désormais surveiller les utilisateurs de Blackberry sur son territoire.

Et ce qui devait arriver arriva, la boîte de Pandore ayant été ouverte : d’autres pays, l’Inde en premier lieu, demandèrent à leur tour des concessions de la part de la société canadienne. RIM tente de résister, mais la brèche est ouverte.

Liberté d’expression et sécurité : suites de l’affaire Wikileaks

Le discours de l’armée américaine à l’encontre de Wikileaks continue de se durcir. Certains suggèrent même qu’elle devrait se lancer dans une “guerre numérique” contre le site(en). Les américains auraient demandé à leur alliés en Afghanistan de les aider à faire tomber Wikileaks ; cette information a toutefois été démentie(en).

Plusieurs organisation humanitaires(en) et même Reporters Sans Frontières ont demandé à Wikileaks de censurer les noms des personnes qui pourraient être mises en danger par la diffusion des documents. Le site affirme qu’il va publier sous peu 15.000 nouveaux documents, qu’il est actuellement en train de censurer.

Propriété intellectuelle

Oracle, qui a racheté Sun, l’entreprise à l’origine du langage Java, attaque Google en justice pour violation des brevets qu’elle détient sur le langage. Pour certains, le géant américain des bases de données compromet par cette action ses positions en faveur de l’open source(en).

En France, la mise en oeuvre de la loi Hadopi se heurte à de nouvelles difficultés. Le fournisseur d’accès FDN a en effet attaqué devant les juridictions administratives le décret du 26 juillet dernier relatif à la procédure de notification des internautes.

Divers

En Allemagne, les Google Cars s’apprêtent à reprendre la route, malgré les tensions existant entre la société californienne et l’autorité allemande de protection des données personnelles.

Dans le même temps, Apple, qui vient de corriger la faille iOS permettant d’exécuter du code contenu dans des fichiers PDF (et de jailbreaker ainsi les iPhone/iPad), et de remercier Papermaster pour cause d’Antennagate, a attiré l’attention des autorités de régulation de la concurrence. La Commission européenne se joint en effet à la FTC pour enquêter sur l’exclusion de l’AppStore des logiciels développés avec la plateforme Flash(en).

Concernant la régulation des paris en ligne, le site Stanjames.com dont nous parlions la semaine dernière a annoncé, juste après la création d’un site miroir par un internaute indépendant, qu’il bloquerait l’accès aux internautes français.