Le Plain Text, c’est du texte, du texte seul. Le Plain Text, c’est plus qu’une mode, c’est un courant philosophique prônant le détachement des formats propriétaires, la rupture avec la soumission imposée aux utilisateurs par les éditeurs de logiciels commerciaux. Il s’agit ainsi d’utiliser des fichier ne contenant que du texte, lisible en toute époque sur l’importe quelle machine.

Partant d’un constant ancien, réalisé en 2006 à propos de l’ineropérabilité des formats, selon lequel les formats de fichier commerciaux ne sont pas pérennes, cette page se propose de présenter, une décennie plus tard, quelques outils capables d’assurer la sécurité et la permanence des données avec du texte seul.

Liste des articles

Org-mode & Jekyll : table des matières

samedi 21 janvier 2017 • 712 mots • « À la poursuite d'une geek-attitude ridicule toujours plus poussée, j'écris désormais mes posts dans emacs, avec org-mode. Il faut ensuite les convertir en markdown pour qu'ils puissent être interprétés par Jekyll. C'est déjà difficile à dire, c'est encore plus difficile à faire. Ce post s'attaque à un problème particulier : la génération automatique d'une table des matières. »

De WordPress à Jekyll

samedi 3 janvier 2015 • 3342 mots • « Pour fêter son 10ème anniversaire, Valhalla.fr fait peau neuve ! Fini WordPress et les pages dynamiques générées par un moteur PHP, bienvenue à Jekyll, générateur de sites statiques. Il fallait bien cela, en 2015 : WordPress, c'est has been ! Et pourtant, les pages statiques sont un retour au Web 1.0 du 20ème siècle... »

Les choix par défaut

mardi 8 juin 2010 • 1719 mots • « Les choix par défaut, opérés par les concepteurs d'un logiciel, peuvent avoir des conséquences très importantes. On est trop souvent habitué, en tant qu'utilisateur, à la complexité de l'informatique ; aussi, l'on évite à tout point de rendre les choses encore plus complexes et l'on fait confiance aux experts, les inventeurs du logiciel, pour faire certains choix. Mais à éviter quelques efforts, l'on y perd beaucoup. »

LaTeX sur Mac : TextMate

mercredi 10 octobre 2007 • 2139 mots • « LaTeX est un puissant outil de formatage de texte et de mise en page. Il permet une configuration sans limite, contrairement aux différents traitements de texte présents sur le marché. Il n’utilise aucun format de fichier propriétaire : un document LaTeX est un fichier de texte brut contenant des “instruction”, à la manière du code source d’un logiciel, qui seront interprétées par le moteur LaTeX pour générer un fichier prêt à être imprimé (PostScript, PDF, etc.). Cependant, l’immense potentiel de Latex ne va pas sans un inconvénient de taille : la complexité du système. Ce deuxième article a pour but de présenter les fonctions spécifiques à LaTeX de l'éditeur de texte pour Mac TextMate. »

LaTeX sur Mac : Installation

lundi 8 octobre 2007 • 2079 mots • « LaTeX (prononcé "leïtek") est un puissant outil de formatage de texte et de mise en page. Il permet une configuration sans limite, contrairement aux différents traitements de texte présents sur le marché. Il n'utilise aucun format de fichier propriétaire : un document LaTeX est un fichier de texte brut contenant des "instruction", à la manière du code source d'un logiciel, qui seront interprétées par le moteur LaTeX pour générer un fichier prêt à être imprimé (PostScript, PDF, etc.). Cependant, l'immense potentiel de Latex ne va pas sans un inconvénient de taille : la complexité du système. Ce premier article a pour but de détailler la procédure d'installation d'un enviromment de travail LaTeX sur un système Mac OS X. »

Traitements de texte Mac: la galère

dimanche 22 juillet 2007 • 6196 mots • « Trouver un bon logiciel de traitement de texte sur Mac, c’est la galère. Il n’y a qu’à regarder l’icône de NeoOffice pour s’en convaincre. Il y a certes de bons programmes, mais aucun n’est parfait. Et les problèmes que chacun présente sont toujours de gros problèmes. Dans ma recherche du meilleur traitement de texte possible, j’ai pu essayer Word, OpenOffice, NeoOffice, Mellel, Nisus Writer Pro et Apple Pages. J’ai envie de décrire ici ce que sont à mon sens les points forts et les points faibles de chacun de ces logiciels. On parlera d’abord de ceux qu’on élimine sans hésitation, tellement ils sont médiocres. Passent à la moulinette Pages et OpenOffice. On verra ensuite les incontournables qu’on aimerait bien contourner, les habituels logiciels qu’on aimerait bien pouvoir abandonner. Il s’agit de Word et de NeoOffice. Finalement, Mellel et Nisus Writer Pro (NWP) sont ceux qu’on aimerait aimer mais qu’on aimerait meilleurs. »

DevonThink organise la pensée

lundi 20 novembre 2006 • 3828 mots • « L'autre jour, j'ai téléchargé la version d'évaluation d'un logiciel appelé "DevonThink Pro". J'ai installé ce logiciel et je l'ai testé pendant une petite demi-heure. Et puis j'ai décidé de l'acheter. C'est assez rare pour mériter d'être signalé. Ce logiciel est extraordinaire et, une fois qu'on a commencé à l'utiliser, on se demande comment on a pu faire sans. DevonThink permet de stocker des informations de manière intelligente et hiérarchisée, puis de les exploiter en tissant des liens logiques entre elles. Le processus se déroule ainsi: l'utilisateur crée une base de données dans DevonThink et importe ses documents (ou indexe des documents sans les importer), il lui reste ensuite à créer une arborescence de dossiers et à classer ses documents dans cette arborescence pour mettre en oeuvre les puissantes fonctions de classement de ce logiciel. »

OpenDocument et l'interopérabilité des formats

jeudi 13 avril 2006 • 2357 mots • « À l'occasion du test de la dernière version de KOffice, la discussion s'oriente vers l'un des problèmes majeurs de l'informtique moderne : l'interopérabilité des formats de fichier et la pérennité des données. »

Un problème d'encodage, peut-être ?

jeudi 6 octobre 2005 • 534 mots • « Quelques informations utiles sur l'encodage, les charsets et les malencontreux hiéroglyphes qui apparaissent parfois dans nos textes ! »