Traduction (adaptation, simplification) d’un article de Sun.

Historique

Comment sommes-nous arrivés à un stade où l’orientation "online" des services et du matériel informatique est la préoccupation majeure des fabriquants ?

L’explication la plus évidente est notre meilleure connaissance de domaines scientifiques tels que la chimie ou l’électronique appliqués à la micro-informatique. De nos jours, un ordinateur personnel peut être fabriqué à partir d’un minimum de matériel et les serveurs d’entreprise ne sont plus ces gros amas de tôles et de câbles occupant des pièces entières.

Dans les années 60, seules les grosses entreprises pouvaient se payer le luxe d’un ordinateur (d’un de ces amas de tôles et de câbles).

Puis vient la miniaturisation et la création de terminaux: des écrans et des claviers, sans grosse unité centrale, reliés en réseau à un serveur. Cela résolvait pas mal de problèmes de place, et annoncait le début de la vague "online".

Les "stations de travail", ordinateurs du format de ceux d’aujourd’hui, firent leur apparition un peu plus tard. Ils offraient une puissance suffisante pour les travaux scientifiques tels que le dessin technique, le développement d’application scientifiques…

L’ordinateur personnel (PC) était également assez petit pour tenir sous une table et assez puissant pour offrir des fonctionnalités telles qu’une interface graphique à ses utilisateurs.

De nos jours la miniaturisation en est à un tel point que les voitures ont en moyenne une cinquantaine de microprocesseurs, et que l’on peut en trouver plus d’une centaine dans une maison.

Mais la création de ces ordinateurs toujours plus petits et moins cher a eu une retombée imprévue: la disparition d’une forme de vie en communauté. En effet, les ordinateurs étant plus disponibles, il n’était plus nécessaire des les partager entre plusieurs personnes, tout le monde pouvait avoir son ordinateur personnel, au travail comme à la maison.
Et l’internet domestique pallie à cet effet: les stations de travail et les ordinateurs pesonnels ne sont vraiment utiles dés lors qu’ils sont connectés entre eux afin de pouvoir communiquer.

Plus loin dans cette voie, les ordinateurs peuvent maintenant échanger des objets (comprenez: des classes Java) et supporter des langages orientés objet et communication. Pout la plupart des gens un ordinateur sert avant tout à chercher des informations sur internet, communiquer par e-mail, etc…

Comment fonctionne Jini ?

La technologie Jini est une architecture pour la construction de systèmes à partir d’objets (de classes…) et de réseaux. La technologie Jini permet aux programmes d’utiliser des services dans un réseau sans savoir quoi que ce soit du protocole de connexion de ce réseau. Une implémentation d’un système pourrait être basée sur les RMI, une autre sur XML et encore une autre sur CORBA. Le client Jini interroge les services qui lui répondent comment ils s’utilisent ! Un service est défini par une API, déclarée comme une interface de programmation Java.

Quand un service est "branché" à un réseau ou matériel basé sur l’architecture Jini, il s’identifie en publiant un objet Java qui implémente l’API du service concerné.
Le client trouve des services en cherchant un objet supportant l’API Jini. Une fois connecté au service, il télécharge un code qui lui indique comment communiquer avec ce service. Les programmeurs qui auront implémenté le service auront choisi comment transformer une requête de l’API en bits de manière à utiliser un protocole comme UPnP, RMI, Corba ou un protocole privé.

Créer une communauté autour de la technologie Jini

Quand internet fur créé, les deux préoccupations majeures étaient de définir et de perfectionner les protocoles de communication et les infrastructures du réseau, et de créer des services et des applications utilisant ce réseau. L’infrastructure d’internet inclu les protocoles TCP/IP, HTTP, SMTP, FTP (etc…), et leurs implémentations. Avec ces protocoles furent créée des logiciels comme les navigateurs, les clients e-mail ou les clients FTP, et même le Web lui même. Ce n’est pas une seule entreprise aui réussit à créer Internet, mais de nombreuses entreprises ayant adopté les mêmes protocoles, ayant des standars. C’est pourquoi pour que Jini réussisse, un grand nombre de personnes doit l’utiliser. Plus il sera utilisé plus facilement il devientra une technologie de référence.

La Sun Community Source License (SCSL) a été crée pour mettre en place une communauté autour de Jini. La SCSL donne libre accès au code source de la technologie Jini et de ses dévés, libres de droits en utilisation et modification.

Liens

Pour s’enregistrer http://www.sun.com/jini/licensing/
Des infos sur la communauté: http://www.sun.com/jini/community/

Traduit par Narcanes (narcanes@online.fr)
à partir d’un article de Sun,
pour l’association Java-France / Jgflsoft
www.java-france.com / www.jgflsoft.com
Réédité pour Valhalla GFBLOG.
Montpellier, 28 août 2001.

Traduction (adaptation, simplification) d’un article de Sun.

Historique

Comment sommes-nous arrivés à un stade où l’orientation "online" des services et du matériel informatique est la préoccupation majeure des fabriquants ?

L’explication la plus évidente est notre meilleure connaissance de domaines scientifiques tels que la chimie ou l’électronique appliqués à la micro-informatique. De nos jours, un ordinateur personnel peut être fabriqué à partir d’un minimum de matériel et les serveurs d’entreprise ne sont plus ces gros amas de tôles et de câbles occupant des pièces entières.

Dans les années 60, seules les grosses entreprises pouvaient se payer le luxe d’un ordinateur (d’un de ces amas de tôles et de câbles).

Puis vient la miniaturisation et la création de terminaux: des écrans et des claviers, sans grosse unité centrale, reliés en réseau à un serveur. Cela résolvait pas mal de problèmes de place, et annoncait le début de la vague "online".

Les "stations de travail", ordinateurs du format de ceux d’aujourd’hui, firent leur apparition un peu plus tard. Ils offraient une puissance suffisante pour les travaux scientifiques tels que le dessin technique, le développement d’application scientifiques…

L’ordinateur personnel (PC) était également assez petit pour tenir sous une table et assez puissant pour offrir des fonctionnalités telles qu’une interface graphique à ses utilisateurs.

De nos jours la miniaturisation en est à un tel point que les voitures ont en moyenne une cinquantaine de microprocesseurs, et que l’on peut en trouver plus d’une centaine dans une maison.

Mais la création de ces ordinateurs toujours plus petits et moins cher a eu une retombée imprévue: la disparition d’une forme de vie en communauté. En effet, les ordinateurs étant plus disponibles, il n’était plus nécessaire des les partager entre plusieurs personnes, tout le monde pouvait avoir son ordinateur personnel, au travail comme à la maison.
Et l’internet domestique pallie à cet effet: les stations de travail et les ordinateurs pesonnels ne sont vraiment utiles dés lors qu’ils sont connectés entre eux afin de pouvoir communiquer.

Plus loin dans cette voie, les ordinateurs peuvent maintenant échanger des objets (comprenez: des classes Java) et supporter des langages orientés objet et communication. Pout la plupart des gens un ordinateur sert avant tout à chercher des informations sur internet, communiquer par e-mail, etc…

Comment fonctionne Jini ?

La technologie Jini est une architecture pour la construction de systèmes à partir d’objets (de classes…) et de réseaux. La technologie Jini permet aux programmes d’utiliser des services dans un réseau sans savoir quoi que ce soit du protocole de connexion de ce réseau. Une implémentation d’un système pourrait être basée sur les RMI, une autre sur XML et encore une autre sur CORBA. Le client Jini interroge les services qui lui répondent comment ils s’utilisent ! Un service est défini par une API, déclarée comme une interface de programmation Java.

Quand un service est "branché" à un réseau ou matériel basé sur l’architecture Jini, il s’identifie en publiant un objet Java qui implémente l’API du service concerné.
Le client trouve des services en cherchant un objet supportant l’API Jini. Une fois connecté au service, il télécharge un code qui lui indique comment communiquer avec ce service. Les programmeurs qui auront implémenté le service auront choisi comment transformer une requête de l’API en bits de manière à utiliser un protocole comme UPnP, RMI, Corba ou un protocole privé.

Créer une communauté autour de la technologie Jini

Quand internet fur créé, les deux préoccupations majeures étaient de définir et de perfectionner les protocoles de communication et les infrastructures du réseau, et de créer des services et des applications utilisant ce réseau. L’infrastructure d’internet inclu les protocoles TCP/IP, HTTP, SMTP, FTP (etc…), et leurs implémentations. Avec ces protocoles furent créée des logiciels comme les navigateurs, les clients e-mail ou les clients FTP, et même le Web lui même. Ce n’est pas une seule entreprise aui réussit à créer Internet, mais de nombreuses entreprises ayant adopté les mêmes protocoles, ayant des standars. C’est pourquoi pour que Jini réussisse, un grand nombre de personnes doit l’utiliser. Plus il sera utilisé plus facilement il devientra une technologie de référence.

La Sun Community Source License (SCSL) a été crée pour mettre en place une communauté autour de Jini. La SCSL donne libre accès au code source de la technologie Jini et de ses dévés, libres de droits en utilisation et modification.

Liens

Pour s’enregistrer http://www.sun.com/jini/licensing/
Des infos sur la communauté: http://www.sun.com/jini/community/

Traduit par Narcanes (narcanes@online.fr)
à partir d’un article de Sun,
pour l’association Java-France / Jgflsoft
www.java-france.com / www.jgflsoft.com
Réédité pour Valhalla GFBLOG.
Montpellier, 28 août 2001.